Voyance Gratuite, ésoterisme, paranormal, sciences, bien être
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pour nos belges adorées...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 502
Age : 38
Localisation : Ile de France
Emploi/loisirs : philosophie, ecriture, lecture, peinture, musique, photographie, sciences humaines
Humeur : deboussolée...
Date d'inscription : 18/11/2008

MessageSujet: Pour nos belges adorées...   Dim 4 Jan - 16:43

Laughing Laughing Laughing

Comment... comprendre et parler "le belge"
(ou français de Belgique) ?

La langue française standardisée que nous lisons chaque jour dans la presse et la littérature a le mérite d'être comprise par toutes les nations francophones du monde.

Mais pas le français belge, et les belgicismes, c'est notre richesse à nous.

Ils ont, comme je vous l'ai déjà expliqué, plusieurs origines.
Etant donné le "choc" des deux cultures (flamande et wallonne), les contacts entre les hommes ont créé au cours du temps de nouveaux mots, provenant soit de la langue française, soit du néerlandais.

Les mots et expressions issus du néerlandais sont davantage encore utilisés à Bruxelles, où une partie de la population parmi les anciens parle encore le "Brusseler (ou brusselaire), une langue à part, un véritable mélange des genres, les deux langues fusant dans une même phrase sans que cela semble déranger qui que ce soit.

Cette langue, appelée aussi le marollien, est, pour ceux qui la comprennent, extrêmement colorée et drôle.

Elle a été utilisée, un peu comme une "private joke" par le célèbre Hergé qui s'est servi d'expressions bruxelloises, flamandes et wallonnes pour baptiser certains de ses personnages dans Tintin ou pour créer le syldave dans le Sceptre d'Otokar.

Par exemple : "Eih bennek, eih blavek", la devise syldave, vient du néerlandais : "Hier ben ik, hier blijf ik" (j'y suis j'y reste).

Le langage administratif belge a également de nombreuses particularités.
L'on peut débuter au niveau local : "le collège des bourgmestre et échevins de la commune" (les autorités municipales) et terminer au niveau de l'Etat : "la Communauté française" (la partie wallonne du pays et Bruxelles) et la "frontière linguistique" (c'est la limite de la zone géographique qui sépare la Wallonie et la Flandre - Bruxelles étant un cas à part).


Prêt(e)s pour le cours de vocabulaire ?
/!\ Attention, je risque de faire une interro un de ces 4 /!\

A pouf : Au hasard.
Comme ça, nous, devant un dilemme, on tape à pouf.
Là ou d'autres, les malins, se tapent la pouffe.

Allez : Mot multi-fonctionnel.
"Allez hein, te laisse pas aller !" ou alors "Mais allez, qui a fait ça ?"
ou enfin "Allez, pourquoi tu dis ça menant (maintenant) ?"

Ainsi: Pareil.
"Je n'avais jamais entendu un truc ainsi !"

A s'naise: En toute décontraction.
L'expression dénote dans le chef de celui qui l'utilise,
une pointe d'admiration pour l'imperméabilité au stress de celui dont il parle.

Avaler par le trou du dimanche: Avaler de travers.

Avoir quelqu'un: Etre en couple.
"Elle a quelqu'un pour le moment ?"

Avoir bon: Avoir du plaisir, être bien.
"Qu'est-ce que je rigole, j'ai vraiment bon !"

Avoir dur: Avoir des difficultés.
" Ce gamin a dur à l'école."

Avoir plus court: Prendre un raccourci.
"J'ai plus court par les champs".

Auto-scooter: Tellement ancré dans les belgicismes
qu'on se demande quel est le mot labellisé.
Autotamponneuse ? Ben nous, on s'en tamponne !

Bac à schnick: Bistrot bruyant, mal fréquenté.

Ballekes: Plus au sud, c'est des boulettes ou des vitoulets.
Sauce tomate évidemment.
Avec des frites qu'on écrase à la fin dans l'assiette, trop bon !

Bardaf: Patatras !

Bas-collants: "Chou ce soir , il y a bal.
Enlève ton cache-poussière et mets tes bas-collants,
que tu me fasses pas sentir gêné comme la dernière fois..."
C'est bon, z'avez compris ?

Békès: Exclamation de dégout.
Plus un truc donne envie de remettre (gerber),
plus l'accent grave est marqué (bèèèèèèèkes ! --> ça, c'est vraiment dégueu !)

Berme: Terre-plein central.
Chez nous, en Belgique,
la berme désigne l'espace qui sépare les 2 chaussées d'une autoroute.
En France, la berme est un sentier étroit aménagé entre le pied d'un rempart
et un fossé ou encore entre une levée et un canal.

Boiler: Comme le Belge est fils d'une fracture historique, culturelle et linguistique,
il vit sur une faille tectonique
qu'il a nommé la frontière linguistique
où se frottent les continents germains et latins.
De temps à autre, ça chauffe, ça pète à Leuven,
à Fourons, Bruxelles, Hal ou Vilvoorde.
Mais les plombiers se moquent de la tectonique.
De Poperinge à Huy, ils ne parlent pas de chauffe-eau mais de boiler.
Et même si cet anglicisme barbare est devenu un "boualère" à Flémalle,
un "boualééééééér" à Lietch et un "boïleur" à Ixelles,
l'important dans notre pays, n'est-il pas qu'on continue à se comprendre ?

Caillant: Très fois.
"Il fait caillant ce matin !".

Carroussel: C'est le truc qui tourne avec
dedans des voitures de pompiers avec dedans des enfants.

Chatouiller: Démanger.
"Mon dos me chatouille".

Chicklet: Chewing-gum.

Chique: Bonbon.

Clignoteur: Lumière qui lume puis qui lume plus.
Les français parlent de "clignotant".

Cloche: Insulte désignant un empoté, un nigaud
mais c'est valable aussi pour cloque ou ampoule.
"Papa, c'est encore loin, parce qu'avec mes cloches, j'ai mal à mes pieds".

Douf: Avec leur bla-bla savant, les métérologues font des chichis inutiles.
En Belgique et pour les belges, il fait soit "caillant" soit "bon" soit "beau".
C'est on ne peut plus simple.
Et si le mercure dépasse les bornes (saisonnières ),
alors chez nous , il fait douf ! (chaud, lourd).

Douffe: Cuite.
"Mon vieux , je me suis pris une de ces douffes,
pourtant, j'avais pas bu grand'chose, juste une petite douzaine de duvel".

Exemplatif: Mais pourquoi djâp,
les belges s'escriment-t-ils à user de vocables inusités dans l'hexagone ?
Mais parce que chez ces snotneus, ces biesses,
ils n'y a ni drèves, ni soquets, ni couques, ni lichettes, ni bermes centrales !
Et on ne dit pas ça en guise d'exemple
ou de manière exemplaire mais à titre exemplatif.

Feu ouvert: L'âtre de la cheminée !
Un feu ouvert, c'est un peu comme une cassette
mais avec l'image en vrai.

Fréquenter: Avant les meufs, on ne flirtait pas,
on ne draguait pas, on sortait pas avec, on ne se les tapait pas.
La descendance de Bossemans et Coppenole fréquentait
tout comme nos parents à l'expo 58.
Mais fréquentait qui ? demanderaient les parisiens...

Frisko: C'est bien simple, on ne connaît pas le mot en français.
Un frisko, c'est un frisko.
On remercie Artic qui l'a inventé ainsi que les noisella
( frisko avec noisettes) et le cornetto ( à la fraise).

Frotter: Récurer.

Frotteur: Petite brosse pour tableau noir.
N'efface pas parfaitement la craie ( l'éponge est là pour cela).
Provoque un bruit formidable quand lancé du dernier banc,
il percute le tableau sur sa face non feutrée.
Les anciennes versions en bois sont beaucoup plus maniables
et font encore plus de bruit.

Jouette: Se dit de quelqu'un qui aime jouer.
" Cet enfant est très jouette".

Journée (bonne): Ici, tout est question d'intonation.
"Au revoir, Monsieur, Au revoir, Madame et une bonne journéééée".
A dire avec un cul de poule et un air de faux-cul.

Kake: Qui kake défèque et produit de la kake.
Ouais je sais, bèkeeessss !

Kiekebiche: Chair de poule.
On a les "kiekebiche" nous ôtes.

Krolle: Boucle (cheveux krollés = cheveux bouclés).

Kicker: Football de table, babyfoot.

Kus men kluut: Ca ne se traduit pas, bienséance oblige,
mais ça se comprend dans toutes les langues de Belgique.
Injure courante entre hommes.
C'est en effet réservé aux hommes et à leurs attributs.

Labbekak: Trouillard, peureux.
Vu la définition de "kake" en plus vulgaire,
"labbe" pouvant être interpreté comme "léche".
Okay ?

Logopède: Orthophoniste.
Curieusement, le français admet " logopédie"
mais snobe les "logopèdes"
dont l'étymologie n'est pourtant pas moins imparable.

Non peut être: Oui surement.
Et pour dire non, il faut dire "oui peut-être".
Seuls les belges s'y retrouvent.

Ouille-ouille: Si ça fait mal, c'est ouille.
Dit deux fois, ça n'exprime plus la douleur mais l'étonnement,
la lassitude ou l'impossibilité.
"Ouille-ouille, qu'est ce que tu me demandes là ? "
Dans certains cas, c'est plus menaçant: "
Ouille-ouille, qu'est ce que tu vas prendre ! ".

Manche (à balle): Cire-pompes, lèche-cul, frotte-manche, fayot,
souvent premier de classe quand même, le salopard !

Manneke: Sert à appeler quelqu'un (usage affectif).
"Allez manneke, viens une fois écouter ça".

Mettre (dans son dos) : Nos voisins du Sud pourraient y voir
une connotation sexuelle voire sodomique et bien tout faux !
Chez nous, on le dit quand on s'habille et pas l'inverse.

Nek (dikke): Vantard, un gros cou, quoi !

Oufti !: Interjection marquant la surprise,
l'étonnement (parfois usage ironique).

Oui mais non: Interjection marquant une réserve.
"Ah oui mais non, tu vas pas marcher la ou j'viens de frotter ".

Paf (être ou rester paf):A quia, bouché bée, les bras ballants, scié.
Redoutable défi mêlant gymnastique et performance alcoolisée.

Panade: Etre dans la panade, c'est être dans le gaz.
Ou alors, panade dans le sens "pape". Celle-là, prononcez-là "pap".
Les bébés belges l'adooooorent. Les pépés aussi.
Vachement plus parlant que bouillie.
La pape s'écoule des commissures
puis s'échoue généralement un peu sur la bavette mais aussi partout autour.

Par après: "Après" avec "par" devant.
"D'abord, il a dit oui, par après, il a dit non".
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Pataat: Paf !
"Y avait de la neige et pataat, j’ai glissé ! "

Pelant: Ennuyeux.

Peler: Ennuyer.
"Tu me pelles avec tes conneries !"

Place (Avoir une bonne place): Avoir un emploi sûr et rémunérateur.
Le rêve des parents belges pour leur descendance.
Pour beaucoup, cet idéal reste encore quelque part
sous le parapluie de l'état, dans le costume 3 pièces
d'un fonctionnaire chef de service.

Place (Voir la place): Voir la différence.
La ménagère: "J'ai nettoyé la cuisine".
Son mari: "Tcheu dis oui, on voit la place !"

Plekke: "Ca plekke" comme les doigts et les joues d'un enfant
s'enfonçant la frimousse dans la barbapapa, dégustant un "bolus".
Ça plekke aussi comme un grand benêt suant
lors d'un slow trop serré par temps chaud.

Plotch: Une plotch de beurre.
Mais une grosse, hein, et bien au sommet de la purée.

Poque: Trace de coup (Ma Para-Poisse, elle est pleine de poques !)

Postposer: Différer.

Potferdek ! : Nom d'un chien !

Pouvoir:
Ca peut mal: Il n'y a pas de risque.
"Tu devrais fermer les fenêtres, il va pleuvoir - Bah, ça peut mal ! "
N'en pouvoir rien: N'y pouvoir rien, ne pas être responsable.
"Pourquoi tu as renversé la tasse ? - Mais j'en peux rien, c'est elle qui m'a poussé !"
Ne pas pouvoir de: Avoir reçu une interdiction de...
"Tu viens jouer ? - Non, je ne peux pas de ma mère".

Quatre-six-neuf: A la six-quatre-deux (n'importe comment).

Quetter: Là par contre, c'est nous les cochons !
Rien à voir avec une quête car qui quette ne s'abstient donc pas.

Queue (Faire la queue): Sujet d'empoigne entre Français et Belges.
Les premiers font la file, les autres la queue.
Mais les uns et les autres se retrouvent
quand il s'agit d'enguirlander le resquilleur: "A la queue comme tout le monde ! ".

Racabouillir: Bouillir excessivement.

Racacuire: Cuire excessivement.

Racrapoté: Recroquevillé.
" Une petite vieille toute racrapotée".

Rawette: Petite quantité, souvent excédentaire.

Renon: Chez nous, on ne résilie pas un bail, on donne son renon.

Rester durer: Continuer.
" Ca va encore rester durer longtemps comme ça ?"

Retomber sur: Se souvenir.
" Je retombe pas sur son nom".

Saisi: Etonné et/ou crétin.
" N'insistez pas Docteur, c'est un saisi".

Sacoche: Sac à main mais pas un sac à 1.000 € hein !
Si on traite un "Delvaux" de sacoche, ça peut aller jusqu'au procès.

Se mettre en rote: Etre de mauvais poil, en colère.

Savoir: Pouvoir.
"Je ne sais pas étudier mon syllabus".

Sketter: Casser, foutre en l'air.
" Il a sketté mon cartable !"
Etre mort sketté: Etre crevé-mort (plutot ivre que crevé).
On va tout sketter: On va tout déchirer (ce soir lors d'une sortie par exemple).

Slache (ou slash): Vieille sandale, pantoufle.

Slaptitude: Moment d'égarement, de fatigue.
" J'ai eu un p'tit coup de slaptitude ".

Snul: Individu sans valeur.

Sonner: Téléphoner.
" Tu me sonnes tantôt pour me dire quoi ? ".

Soquet: Un belge qui achète deux soquets,
on peut dire de lui qu'il a une belle paire de douilles.

Spiter: Eclabousser.
"N'ouvre pas le robinet si fort, ça va spiter !"

Stoemmelings: En douce, en catimini, discrètement.
Tout peut être fait en stoemmelings,
filer d'une soirée barbante, siester pendant les heures, prendre dans la caisse ?

Sting (ça): Qui sting pue !

Tamponne: Une bonne douffe.

Tarmac: Macadam.

Tête pressée: Fromage de tête.

Toquer à la porte: Frapper (à la porte).
"Il me semble qu'on a toqué, tu peux aller voir qui c'est ?"

Tuter: Flûter, boire en grande quantité.

Une fois: un peu.
"Tu peux venir une fois voir ?"
(Se place très rarement en fin de phrase).

Volle gaz: Signifie vite ou volle petrol, signifie vite aussi.
"Tu ranges ta chambre et volle petrol hein fieu !"

Zinneke: Corniaud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marnie

avatar

Féminin
Nombre de messages : 489
Age : 49
Localisation : Belgique
Emploi/loisirs : Fitness
Humeur : assez positive ..ne supporte pas l'injustice et l'hypocrisie
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: Pour nos belges adorées...   Dim 4 Jan - 16:47

NO COMMENT

lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
liliangel

avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Age : 44
Localisation : belgique
Emploi/loisirs : coiffeuse
Humeur : joyeuse
Date d'inscription : 16/12/2008

MessageSujet: Re: Pour nos belges adorées...   Jeu 8 Jan - 23:13

é la marnie no sro plus seul lol! lol! lol! lol! tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour nos belges adorées...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour nos belges adorées...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour ma soeur adorée
» Pour mon papa adoré
» Blague pour les Belges qui ont des amis Français...
» Pour les belges du forum
» Message pour Pinson, et pour les Belges.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CREDO QUIA ABSURDUM Entre nous... :: DELIRES :: Videos, musiques, ...-
Sauter vers: